Hypnose en milieu hospitalier : un rempart contre la douleur

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
L'hypnose en milieu hospitalier se démocratise de plus en plus dans les CHU en raison de son puissant effet analgésique.

Bien loin de l’image grandiose qui l’a longtemps accompagnée sur les plateaux de télévision, l’hypnose s’impose désormais dans le quotidien des hôpitaux. Si la pratique remonte à plus de 200 ans, elle mit longtemps avant de séduire l’équipe médicale pour ses effets analgésiques. Force est de constater aujourd’hui que la tendance a évolué. Soins douloureux, gestes invasifs, urgences, accompagnement à l’anesthésie ou en obstétrique : son utilisation se développe dans la majorité des services. Cet engouement n’a pourtant rien d’un effet de mode, l’hypnose thérapeutique en milieu hospitalier présente bel et bien de nombreux avantages. Alors, quels sont donc ces bienfaits qui rendent l’hypnose médicale presque incontournable pour améliorer le confort des malades ? Nous vous expliquons tout dans cet article.

 

Qu’est-ce que l’hypnose thérapeutique ?

 

L’hypnothérapie a longtemps porté le poids de préjugés qui ont freiné sa popularité. Quand on évoquait cette méthode, nombreux étaient ceux qui imaginaient plonger dans un sommeil profond et agir d’une manière incontrôlée. Pourtant, cette pratique n’a rien à voir avec une dimension de spectacle et présente des bienfaits réels pour soulager la douleur. De nombreuses études témoignent de son effet analgésique et de sa capacité à offrir un confort physique et psychologique. À quoi correspond donc cet état hypnotique ?

L’hypnose se définit comme un état de conscience particulier, entre le sommeil et l’éveil, qui amène le pratiquant à se focaliser sur son environnement intérieur. Durant cette phase, proche de la sensation lorsque nous rêvons avant de nous endormir, notre corps s’affranchit des stimulations extérieures. Dans une situation anxiogène, comme lors de l’attente d’une intervention en milieu hospitalier, elle présente donc tout son intérêt.

Néanmoins, cette technique diffère d’un traitement puisqu’elle ne vise pas à soigner une pathologie. Son ambition repose sur l’apaisement des douleurs et de l’anxiété, non pas sur la disparition d’une maladie. L’effet palliatif de l’hypnose thérapeutique rend son utilisation particulièrement pertinente à l’hôpital pour diminuer l’usage des médicaments tout en permettant une réduction de la souffrance.

 

Quels sont les avantages de pratiquer l’hypnose en milieu hospitalier ?

 

1. Offrir un voyage sensoriel vers la détente

 

Imaginons un instant un patient souffrant de bouffées de chaleur. L’hypnothérapeute peut alors évoquer une baignade rafraîchissante dans l’océan ou rappeler la sensation d’un glaçon sur la peau. Grâce à l’hypnose thérapeutique et à ses suggestions d’imagerie mentale, le patient visualise une impression de fraîcheur. Pour notre cerveau, la sensation est réelle. L’activation des zones cérébrales correspondantes s’observe d’ailleurs facilement, comme le montre l’étude menée par Heidi Jiang, Matthew P White, Michael D Greicius, Lynn C Waelde et David Spiegel publiée dans Oxford University Press.

Le voyage sensoriel conduit le patient à s’extraire de l’environnement médical afin de mettre la douleur à distance. L’avantage de cette méthode repose sur sa facilité de mise en pratique et son adaptation à chaque symptôme. Les paysages proposés ou les mots échangés pendant cette phase hypnotique s’ajustent au gré des maux rencontrés. D’ailleurs, l’hypnose conversationnelle fonctionne à merveille avec les enfants puisqu’elle fait appel à leur imagination.

 

L'hypnose thérapeutique séduit de nombreux hôpitaux en raison de ses effets analgésiques.

 

2. Diminuer le recours à l’anesthésie générale

 

Certaines interventions chirurgicales se réalisent aujourd’hui avec une hypnosédation plutôt qu’une anesthésie générale. Cette pratique séduit de nombreux hôpitaux en raison de son action moins invasive et de la valorisation du parcours de soins qu’elle propose. En effet, elle donne au praticien les moyens d’une prise en charge personnalisée. Les modulations de l’anxiété et de la perception de la douleur constituent les deux atouts majeurs de cet outil hypnotique en anesthésie.

À titre d’exemple, le CHU de Tours réalise des opérations de résection de tumeurs cérébrales sous hypnoanalgésie depuis plusieurs années. Le Dr Ilyess Zemmoura et le Dr Éric Fournier furent d’ailleurs les premiers en France à employer l’hypnose pour ce type d’intervention. Le CHU de Nîmes propose d’effectuer les coloscopies sous hypnosédation plutôt qu’avec une anesthésie générale. Enfin, le CHU de Lille utilise la pratique de l’hypnose en accompagnement des accouchements ou dans le traitement des douleurs chroniques.

Même lors d’une anesthésie locorégionale, le patient conserve les sensations de l’intervention. Les gestes du chirurgien provoquent un inconfort qui s’ajoute au stress du contexte opératoire. L’hypnose thérapeutique intervient justement pour diminuer cette impression et aider le patient à vivre le moment autrement. En plus de réduire l’utilisation de médicaments, cette méthode limite aussi les complications, les douleurs postopératoires et le temps de récupération. De nombreuses raisons donc de la favoriser.

 

3. Établir une nouvelle relation patient-soignant

 

Pour mener une séance d’hypnose thérapeutique en milieu hospitalier, le personnel doit bien sûr y être sensibilisé. La prise en charge des patients nécessite une écoute active de la part des soignants pour répondre au mieux à leurs besoins. Cette présence attentive se reflète non seulement sur l’efficacité du processus, mais aussi sur l’atmosphère générale du service. 

La communication évolue pour apporter un espace apaisant et moins agité. De ce fait, le personnel hospitalier profite par ricochet des bienfaits de l’hypnose. En initiant une nouvelle relation patient-soignant, l’hypnose thérapeutique valorise la prise en compte du parcours de soin global.

 

Utiliser l'hypnose en complément de la réalité virtuelle réduit fortement la douleur et l'anxiété des malades.

 

Comment mettre en place l’hypnose à l’hôpital ?

 

Encourager la formation en hypnoanalgésie

 

L’hypnose médicale se pratique aussi bien pour des interventions chirurgicales que lors de changement de pansements, pendant des soins douloureux, en situation palliative, en gynéco-obstétrique ou en radiologie interventionnelle. De ce fait, de nombreux acteurs en milieu hospitalier peuvent prétendre à une formation pour se familiariser avec les concepts de l’hypnoanalgésie.

Étant donné les spécificités du secteur, l’hypnose thérapeutique en milieu hospitalier nécessite une approche adaptée. L’Institut français d’Hypnose dispense par exemple une formation sur ce sujet et un diplôme universitaire a même été ouvert à la Faculté de Médecine de Paris VI puis dans une dizaine d’universités comme à Bordeaux, Nantes, Toulouse ou Nice. 

 

Employer des outils comme la réalité virtuelle thérapeutique

 

Mener des séances hypnotiques lorsque l’hôpital se trouve en sous-effectif relève parfois d’une mission impossible. Afin de ne pas délaisser tous les bienfaits de l’hypnose thérapeutique tout en apportant davantage de flexibilité à l’équipe médicale, il existe des outils efficaces et ergonomiques. C’est le cas de la réalité virtuelle.

Un casque de réalité virtuelle thérapeutique s’appuie sur plusieurs principes relaxants pour créer un sentiment profond de détente et une expérience multisensorielle 

Cette technologie repose sur les mêmes leviers présentés précédemment : détourner l’attention du patient de la douleur pour l’amener à se concentrer sur un aspect plus apaisant. La différence reste qu’elle délivre une proposition complète en associant plusieurs principes thérapeutiques. Cette combinaison offre ainsi une solution performante pour réduire les éléments anxiogènes et donc apporter un soulagement durable

 

L’hypnose thérapeutique en milieu hospitalier propose une alternative non médicamenteuse aux patients, en plus d’améliorer leur parcours de soin. En diminuant la portée des éléments anxiogènes, cette méthode procure un profond sentiment de détente. Les bienfaits de l’expérience hypnotique s’étendent même au-delà puisque les soignants profitent de l’apaisement que suscite cette technique. En parallèle de la formation du personnel médical, la réalité virtuelle thérapeutique apporte une solution tout aussi rassurante et efficace pour réduire la douleur et l’anxiété. Nous vous proposons de découvrir tous ses avantages lors d’une démonstration

 

Sources :