Effets de l’hypnose : 5 actions à connaître absolument

Partager sur :

Une pratique thérapeutique aux multiples bienfaits

 

Même si elle demeure nimbée de mystère, l’hypnothérapie séduit de plus en plus de domaines et notamment la santé où elle dévoile ses lettres de noblesse. Cet engouement ne dérive pas d’un phénomène de mode, mais bien de résultats concrets qui témoignent de l’efficacité de cette thérapie non médicamenteuse pour remplacer l’anesthésie générale, atténuer une douleur physique ou psychique et même vaincre une phobie. L’hypnose médicale utilise une palette d’outils riche pour induire un état de conscience modifié et apporter une relaxation durable. Quels sont donc précisément les effets de l’hypnose ? Nous vous proposons de découvrir 5 bienfaits parmi son vaste champ d’action.

 

1. Retrouver un sommeil apaisé grâce à la pratique de l’hypnothérapie

 

Faites-vous partie des 8 Français sur 10 qui se réveillent durant la nuit ? (enquête INSV/MGEN de 2020). L’insomnie chronique toucherait 15,8 % de la population entre 15 et 85 ans. Dans ces situations, la prise en charge habituelle porte sur une prescription d’hypnotiques pour une courte durée. Cependant, des effets délétères surviennent lorsque l’usage de ces médicaments devient régulier, ce qui demeure un risque puisque la cause de l’insomnie reste non traitée. Dès lors, les solutions non médicamenteuses apparaissent essentielles pour soulager les maux à l’origine des troubles du sommeil. 

Dans cette optique, des chercheurs suisses de Zurich et Fribourg ont mené une expérience auprès de 70 jeunes femmes séparées en deux groupes selon leur réceptivité ou non à l’hypnose. Les séances consistent alors à écouter un texte d’une dizaine de minutes conçu pour les endormir ou un texte neutre. Pour obtenir une mesure objective de leur sommeil, des enregistrements de leur activité cérébrale furent conduits durant leur sieste de 90 minutes. Les résultats montrent une augmentation de 81 % de la durée du sommeil à ondes lentes, sans pour autant réduire les autres stades d’endormissement. Cette phase a la caractéristique d’être particulièrement réparatrice. De ce fait, l’hypnose induit un sommeil de meilleure qualité. L’étude révèle cependant une nuance puisque l’expérience fonctionne avant tout sur les personnes réceptives. Néanmoins, cette amélioration significative ne peut être ignorée.

L’hypnose agit sur les principaux facteurs de troubles du sommeil : le stress et l’anxiété. Les séances favorisent le détachement par rapport aux stimuli extérieurs et procurent ainsi un profond état de relaxation. L’état hypnotique présente des caractéristiques communes avec le sommeil comme la somnolence ou la modification progressive de l’état de conscience. En se remémorant les techniques apprises durant cette pratique, le patient parvient à s’endormir plus facilement. Un rapport de l’INSERM publié en 2015 évoque d’ailleurs tout l’intérêt de cette méthode thérapeutique dans le traitement de l’insomnie.

 

La pratique de l'hypnose sert à réduire les insomnies et à améliorer la qualité du sommeil.

 

2. Travailler sur ses phobies durant une séance d’hypnose

 

Savez-vous qu’il existe près d’une centaine de phobies répertoriées ? Certaines comme l’agoraphobie ou la claustrophobie sont parfaitement connues, d’autres telles que la thalassophobie ou l’amaxophobie qui décrivent respectivement la peur de la mer et celle de conduire, demeurent plus atypiques, mais tout aussi perturbantes à vivre au quotidien

Face à une peur rationnelle, notre instinct de survie se déclenche, ce qui se traduit par la production de neurotransmetteurs dans le cerveau comme l’adrénaline et la noradrénaline. Ces substances permettent habituellement de réagir en cas de danger avec une réponse appropriée comme la fuite. Le mécanisme à l’œuvre pour une phobie est similaire, sauf qu’il découle d’une peur irrationnelle et il s’agit d’une différence majeure. Les appréhensions phobiques s’appuient ainsi sur de fausses associations subconscientes qui analysent le danger comme avéré ou immédiat, quand bien même il ne l’est pas. Ces peurs peuvent s’étendre de manière excessive et devenir paralysantes. 

L’hypnose apparaît comme une thérapie de choix dans le traitement des phobies puisqu’elle emploie la suggestion et la représentation symbolique durant les séances. Le patient ne peut se tenir face à l’objet de son angoisse, les émotions se montrant trop intenses. En revanche, le discours hypnotique suggère sans montrer et utilise l’état de conscience modifié pour apporter un changement profond. Le thérapeute invite à désamorcer la crise phobique et propose de reprendre le contrôle par le biais de la relaxation. La pratique accompagne le patient pour ancrer des idées dans son subconscient. De ce fait, l’association négative se remodèle au fil des séances pour prendre une tournure positive.

 

3. Limiter les troubles digestifs avec l’induction hypnotique 

 

Le ventre est souvent associé à l’image d’un deuxième cerveau puisque le tube digestif contient plus de 200 millions de neurones. La connexion bidirectionnelle qui existe entre l’intestin et le cerveau signifie qu’un message cérébral peut se traduire par une contraction ou une modification du transit. Dès lors, les émotions et le stress influencent la zone de digestion. Ces troubles vont des remontées acides, aux ballonnements en passant par les nausées, mais aussi par le syndrome du côlon irritable

Cette dernière pathologie représente une proportion importante de consultation chez les gastro-entérologues, cependant aucune anomalie macroscopique n’est généralement détectée au cours de l’examen de la coloscopie. Hormis la prescription de médicaments symptomatiques, les pratiques thérapeutiques sont rarement proposées. Les patients demeurent alors avec un vécu douloureux. Pourtant, l’hypnose constitue une méthode alternative pertinente dans le cas des troubles digestifs. 

En effet, le Centre national de recherche scientifique (CNRS) publie en 2015 une étude basée sur les bienfaits de l’hypnose dans le traitement du syndrome de l’intestin irritable. La pratique s’attache à réguler les émotions, à créer une sensation de détente et à élaborer des schémas de pensées positives. L’ensemble de ces actions produit une diminution des angoisses et favorise donc un apaisement des troubles digestifs. De plus, son effet analgésique participe à relâcher les tensions et à soulager la douleur. Lorsque les troubles digestifs dérivent d’un déséquilibre de la santé psychique, alors l’hypnothérapie conduit à une réelle amélioration des symptômes.

 

La pratique de l'hypnose sert à réduire la douleur.

 

4. Atténuer la douleur, un des meilleurs effets de l’hypnose

 

La douleur manifeste un dysfonctionnement, comme un signal d’alarme qui informe d’une nuisance. L’intensité varie d’un individu à l’autre, si bien que le vécu émotionnel et corporel ne peut être généralisé. L’utilisation de la suggestion pour modifier ou réduire la perception de la douleur a montré ses preuves dans de nombreuses études. Grâce à des exercices d’imagination, l’hypnothérapeute conduit le patient vers un soulagement. 

Plusieurs études démontrent l’efficacité de l’hypnothérapie pour diminuer la douleur, c’est pourquoi cette thérapie présente un fort intérêt dans le milieu hospitalier. Une revue de la littérature récente de Jensen et Patterson mesure les effets de l’hypnose dans la douleur chronique à travers dix-neuf études. Dans la majorité d’entre elles, l’action antalgique est mise en avant.

Comment l’hypnose peut-elle être à ce point efficiente ? Dans le cas d’une douleur chronique, l’hypnothérapie aide à contrôler le niveau d’intensité de la douleur ce qui permet de mieux la gérer et d’appréhender les émotions qui l’accompagnent avec davantage de recul. L’hypnose offre de nouveaux moyens pour élargir le champ de vision du patient et l’aider à prendre du recul sur sa situation. Les outils hypnotiques vont de la distraction à l’imagerie mentale en passant par l’apprentissage de la gestion des émotions.

 

L'association de la réalité virtuelle et de l'hypnose procure un profond sentiment de détente et participe à réduire la douleur.

 

5. Calmer la nervosité ou les angoisses avec l’aide d’un hypnothérapeute

 

Avez-vous déjà ressenti une boule dans la gorge ou un creux dans l’estomac ? Ces sensations découlent d’un sentiment d’anxiété. Celui-ci varie en intensité, allant de l’insécurité à un inconfort insoutenable. Les troubles anxieux ne diminuent pas avec la simple conscience que la situation ne nécessite pas une telle réaction. 

L’hypnose constitue une formidable thérapie de soutien qui vise la relaxation et un meilleur contrôle de ses émotions. Durant les séances, le patient est invité à lâcher prise, ce qui procure une immédiate sensation de bien-être. L’hypnothérapie propose souvent un ancrage avec un lieu sûr, aussi appelé safe place en anglais, dans lequel le patient se sent protégé. Le fait de se focaliser sur ce vécu sensoriel éloigne les pensées intrusives.

Plusieurs études ont démontré la fiabilité de l’hypnose pour calmer la nervosité des patients, que ce soit avant une opération chirurgicale ou un accouchement, dans une unité de soins palliatifs, lors d’une visite chez le dentiste ou pour les personnes éprouvant des bouffées de chaleur et de l’anxiété après un cancer du sein

 

La pratique de l’hypnose ne remplace pas la médecine conventionnelle et ne présente pas d’action de guérison, il s’agit d’une thérapie palliative et non curative. Cette méthode non médicamenteuse intervient pour soulager les maux, apaiser l’esprit et atténuer des symptômes. Les effets de l’hypnose peuvent par ailleurs être décuplés lorsqu’ils sont associés à d’autres techniques. La réalité virtuelle combine dans un seul dispositif des graphismes réalistes avec des environnements apaisants et une ambiance sonore immersive. Ces associations produisent un effet analgésique et anxiolytique étonnant. Nous vous proposons de découvrir toute l’efficacité du casque de réalité virtuelle Healthy Mind au cours d’une démonstration.

 

Sources :