Pourquoi a-t-on peur du dentiste et comment se détendre avant une visite ?

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
Peur du Dentiste : la comprendre et l'apaiser

Votre cœur s’accélère au bruit de la fraise du dentiste ? Vous faites sûrement partie des 33 %* de Français qui craignent de pousser la porte d’un cabinet dentaire. L’idée de la douleur conduit même souvent à annuler ou à reporter un rendez-vous médical. Pourtant, délaisser vos soins bucco-dentaires augmente le risque de développer des caries et des maladies de gencives, voire des infections plus importantes. D’où provient cette peur du dentiste et quelles techniques permettent de se relaxer avant une consultation ? Découvrez les mécanismes de la dentophobie et les moyens de la soulager dans cet article.

 

Comprendre le cercle vicieux de la stomatophobie

 

Qu’est-ce qui provoque l’anxiété lors d’une visite médicale en cabinet dentaire ?

De nombreux facteurs peuvent occasionner un stress à l’approche d’une consultation. La peur du dentiste est ancrée dans l’inconscient collectif avec l’image de l’arracheur de dents ou à travers les œuvres picturales et cinématographiques. Les techniques de dentisterie ont pourtant bien évolué depuis le temps où on extrayait les dents devant un public lors d’une représentation théâtrale et sans anesthésie. La perceuse a été délaissée au profit d’outils plus silencieux et de formations de chirurgiens-dentistes avancées. 

L’anticipation de la douleur reste le principal vecteur d’anxiété en odontologie. Un passé dentaire vécu comme traumatisant, notamment lors de l’enfance, a pu ancrer un souvenir désagréable. Les sens jouent également un rôle majeur puisque l’odeur des produits ou le bruit des instruments éveillent des émotions négatives. L’environnement enfin, avec la salle d’attente, peut participer à une sensation d’inconfort chez un patient déjà alerte et soucieux des soins à venir.

 

Comment se manifestent les angoisses des patients pour les soins bucco-dentaires ?

La peur du dentiste induit une activation hormonale qui stimule certains organes et en inhibe d’autres. Les signes physiologiques comprennent : 

  • une augmentation de la fréquence cardiaque ;
  • une vasodilatation et une pression artérielle en hausse ;
  • une contraction des muscles ;
  • une horripilation (les poils sur la peau se dressent) ;
  • un ralentissement de la digestion ;
  • une meilleure oxygénation qui conduit à une vigilance accrue ;
  • une dilatation des pupilles ;
  • un relâchement des muscles lisses et donc une diminution de l’envie d’uriner ;
  • une élévation du rythme respiratoire et une dilatation des bronches.

Le langage corporel véhicule également son lot d’indices sur votre état anxieux. Le regard, vecteur des émotions, traduit souvent l’appréhension ressentie sur le fauteuil. L’expression du visage est révélatrice, tout comme les mains qui s’agrippent sur les accoudoirs. Les gestes brusques, parfois incontrôlés, manifestent une vive inquiétude. Parmi les effets cognitifs, l’hyperactivité, l’inaptitude à relativiser les procédures ou le fait d’assaillir son praticien de questions dénotent d’une anxiété. Une voix tremblante, un bégaiement ou un débit rapide indiquent aussi un malaise détectable.

 

Quelles sont les conséquences d’une phobie du dentiste sur son hygiène buccale ?

La crainte d’une visite en cabinet dentaire conduit les patients à repousser leurs rendez-vous. Ces annulations ne sont pourtant pas le fruit d’une santé bucco-dentaire optimale. Si les soins ne sont pas apportés pour préserver le bien-être des dents, des problèmes peuvent apparaître ou empirer. Une simple carie peut évoluer en rage de dents ou entraîner un abcès. 

Retarder la prise en charge augmente l’aggravation des symptômes et les traitements focalisés sur la douleur plutôt que sur leurs causes, ainsi que l’automédication. Ce cercle vicieux a été mis en lumière dans l’étude explorant les liens entre l’hygiène dentaire et l’anxiété de Jason M Armfield, Judy F Stewart et A John Spencer. 

De plus, les émotions négatives telles que la honte ou la culpabilité peuvent paralyser le patient qui a différé ses consultations. La détérioration de la santé orale devient donc un motif supplémentaire de ne pas poursuivre des soins. S M Cohen, J Fiske et J T Newton ont révélé que l’anxiété dentaire a un impact significatif sur le quotidien. En plus de perturber le sommeil, elle peut entraver vos relations sociales professionnelles et personnelles. 

Des solutions existent pourtant pour réduire les stimulations anxiogènes et vous donner envie de visiter votre dentiste !

 

Vaincre la peur du dentiste

 

Désamorcer les crises de panique : les techniques de relaxation qui soulagent la peur du dentiste

 

Utiliser la musicothérapie pour se détendre sur la chaise d’opération

Les sons sont un vecteur de tension ou de sérénité. Nous l’avons vu, l’environnement dentaire peut causer un malaise à cause des bruits qui le caractérise. Afin de détourner votre attention de ces notes, la musicothérapie occupe l’ouïe pour amener vers plus de bien-être

La musique a des propriétés curatives et apaisantes. Son impact sur l’émotivité des auditeurs peut ainsi conduire à une relaxation profonde. Les travaux de Maurice Gabai et Jacques Jost sont révélateurs sur l’effet lénifiant des stimulations auditives. En odontostomatologie, cette approche thérapeutique prend tout son sens pour créer un espace sécurisant et favoriser la détente. Victime d’une valeur affective intense, elle soulève les barrières du langage verbal et relâche les tensions musculaires. 

 

Pratiquer l’hypnose tout au long de la consultation chez un chirurgien-dentiste

C’est le médecin écossais J. Braid qui introduit la technique d’hypnose en France par le biais de fixation d’objets brillants en 1841. Son application principale est l’hypnoanalgésie et se développe au milieu du XIXe siècle. Cet état de transe consciente est atteint grâce à des suggestions. 

Le patient, éveillé tout au long du processus, est invité par des images mentales et des indications du praticien à se relaxer. Votre attention se concentre alors sur votre monde intérieur et non plus vers les stimuli extérieurs. Les chirurgiens-dentistes formés à l’hypnose conduisent ainsi vers un état de conscience modifié afin de mieux vivre les soins bucco-dentaires.  

 

Essayer l’acupuncture pour relâcher les tensions nerveuses

Issue d’une branche de la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture stimule certains points du corps dans le but de rétablir la circulation de l’énergie. Des aiguilles sont ainsi posées sur des emplacements précis afin d’éliminer les blocages et de restaurer l’équilibre.

Selon une étude menée par la revue médicale European Journal of Integrative Medicine, l’acupuncture permet de traiter l’anxiété dentaire. Des chercheurs de l’université de York au Royaume-Uni ont analysé six essais thérapeutiques impliquant 800 patients. Grâce à une échelle de points, ils ont pu observer une diminution significative du stress. Bien que des recherches complémentaires soient nécessaires, ces premiers résultats présentent l’acupuncture comme un traitement d’accompagnement pertinent pour s’apaiser et vaincre la peur du dentiste.

 

Employer la sédation consciente à l’aide du gaz MEOPA

La Société Française d’Anesthésie Réanimation (SFAR) définit la sédation comme : « l’utilisation de moyens médicamenteux ou non destinés à assurer le confort physique ou psychique du patient et à faciliter les techniques de soin ». 

Le MEOPA (mélange équimolaire d’oxygène et de protoxyde d’azote) est employé en milieu hospitalier depuis plusieurs années, mais son utilisation s’est étendue aux cabinets dentaires privés depuis 2010. Incolore, inodore et sans saveur, il agit par inhalation à travers un masque nasal adapté relié à un contenant sécurisé. Ses effets disparaissent en quelques minutes une fois que ce dernier est retiré. 

Aussi appelée sédation d’anesthésie vigile, cette forme de relaxation ne présente pas d’effets secondaires si ce n’est des fourmillements ou l’envie de rire. L’utilisation du MEOPA ne se substitue pas à l’anesthésie locale.

La réalité virtuelle soulage la peur du dentiste

 

Découvrir la réalité virtuelle pour ne plus avoir peur du dentiste

La réalité virtuelle (VR) regroupe plusieurs principes qui soulagent l’anxiété pour une efficacité décuplée. Associée aux bienfaits de la musicothérapie, à l’hypnose, à des techniques de respiration et surtout à une stimulation visuelle, l’attention du patient est détournée afin qu’il s’apaise. L’application de la VR en dentaire est particulièrement adaptée pour les patients, comme pour les professionnels de santé, cherchant à se relaxer.

Plongé dans un environnement calme de votre choix, vous êtes accompagné pendant toute la durée de la consultation ou de l’opération. Une étude menée par Sarah Mahmoud Alshatrat, Rasha Alotaibi, Michele Sirois et Zain Malkawi conclut même que la réalité virtuelle a le potentiel pour devenir la méthode privilégiée pour gérer la douleur à l’avenir.

 

L’anxiété qui entoure les rendez-vous dentaires conduit un grand nombre de patients à négliger leurs soins. Afin de les soulager et de les détendre, des techniques ont émergé dans les cabinets. Parmi elles, la réalité virtuelle apparaît comme innovante, complète et performante. Notre solution médicale pourrait répondre aux inquiétudes communes et vaincre la peur du dentiste durablement. Pour en apprendre davantage sur le dispositif de Healthy Mind, n’hésitez pas à nous contacter et à demander une démonstration de notre casque VR.




Sources :