Améliorer le bien-être au travail avec la réalité virtuelle

Partager sur :

Diminuer l’anxiété en entreprise grâce à l’effet relaxant des casques VR

 

L’épuisement professionnel n’a rien d’une légende puisqu’il touche près de 2,5 millions de salariés en France (baromètre du cabinet Empreinte Humaine entre mai et octobre 2021). L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) intègre d’ailleurs le burn-out dans la classification internationale des maladies, la présentant comme un syndrome lié à un stress chronique au travail. Ce sentiment d’anxiété peut conduire à une détresse psychologique profonde qu’il est important de prévenir pour éviter des conséquences plus sévères. Dès lors, comment améliorer le bien-être au travail et réduire le stress en entreprise ? Nous vous proposons de découvrir les enjeux de cette problématique et les raisons qui rendent la réalité virtuelle pertinente pour soulager durablement cet état.

 

Quelle est l’importance du stress dans le milieu du travail ?

 

Ces dernières décennies, les changements survenus dans le monde professionnel ont entraîné l’émergence de risques nouveaux dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail. À côté des risques physiques, chimiques et biologiques se dressent désormais les risques psychosociaux. De quoi s’agit-il ? Ces risques font référence à de nombreuses situations telles que le harcèlement moral, la violence, la dépression, le suicide, les troubles musculo-squelettiques ou le stress. Ce dernier touche environ 55 % des salariés français, ce qui le hisse comme un risque professionnel majeur (étude Workforce View par l’ADP Research Institute, 2020).

Le stress au travail engendre des manifestations psychologiques notables comme une forte démotivation, un isolement, une perte de confiance en soi, l’émergence d’un sentiment d’incompétence et une humeur affectée qui oscille entre agitation, irritabilité et agressivité. D’autre part, il peut causer des troubles physiques avec des maux de tête, des tensions musculaires, des douleurs thoraciques, des insomnies, des problèmes digestifs, ainsi qu’une variation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle.

Selon l’Agence européenne de sécurité et de santé au travail, le stress constitue le problème de santé le plus répandu dans le monde du travail. Cet état entraîne une augmentation de l’absentéisme, un taux de turn-over (renouvellement du personnel) croissant, des départs à la retraite prématurés, une baisse de la production et des litiges dans l’entreprise. En France, l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) estime que le coût du stress s’élève entre 830 et 1 656 millions d’euros par an. Cette entrave à la performance économique s’ajoute à une détresse humaine considérable pour laquelle l’entreprise a un rôle majeur à jouer.

 

Le stress au travail est un problème de santé répandu, comment le diminuer ?

 

Quels sont les facteurs de stress en entreprise ?

 

L’anxiété au travail découle de plusieurs paramètres et se montre perméable à tous les secteurs d’activités. L’exposition à ces facteurs de stress, et plus généralement aux risques psychosociaux, entraîne des conséquences désastreuses pour le bien-être et la santé des salariés. Le sujet, devenu politique, a fait l’objet d’un accord national interprofessionnel sur le stress professionnel (bulletin officiel du ministère, fascicule conventions collectives, 2009/2) qui définit l’état de stress comme un :

« déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face ».

L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) regroupe ces facteurs de stress professionnel en six catégories (rapport du collège d’expertise de Gollac) : 

  • L’intensité et le temps de travail : cette partie contient les exigences excessives, la complexité des tâches ou la difficulté de concilier vie professionnelle et vie privée.
  • Le manque d’autonomie : ce segment aborde les procédures rigides et la sous-utilisation des compétences de chacun.
  • Les exigences émotionnelles : cette section traite des tensions avec les autres, ainsi que les obligations à dissimuler ses émotions sur le lieu de travail.
  • Les rapports sociaux de travail dégradés : cette rubrique se concentre sur les conflits entre collègues ou avec la hiérarchie, mais aussi sur le manque de reconnaissance.
  • L’insécurité de la situation de travail : cette fois-ci il s’agit de la peur de perdre son emploi et de l’incertitude concernant l’avenir de son métier.
  • Les conflits de valeurs : cette catégorie considère les conflits éthiques qui existent en entreprise, lorsqu’un salarié désapprouve une action qu’il doit mener et quand il ne dispose pas des moyens suffisants pour exécuter correctement son travail.

 

Qu’est-ce la qualité de vie au travail ?

 

La qualité de vie au travail (QVT) désigne une démarche pour améliorer le cadre et la manière de travailler au sein de l’entreprise. Ainsi, la notion de QVT porte autant sur l’environnement que sur l’évolution interne des salariés, l’égalité homme-femme, les conditions de travail, la pénibilité des tâches ou l’équilibre entre la vie personnelle et professionnelle. 

L’accord national interprofessionnel définit la QVT comme :

« la manière de regrouper sous un même intitulé les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises ». 

La discussion portant sur le sujet de la qualité de vie au travail a d’ailleurs intégré les Négociations annuelles obligatoires (NAO) des entreprises depuis la loi Rebsamen, au même titre que la rémunération ou la gestion des parcours professionnels. De ce fait, valoriser la qualité de vie au travail implique de prendre en compte les risques psychosociaux comme le stress et de mener des actions de prévention.

La réalité virtuelle permet d'améliorer le bien-être en entreprise.

 

Les avantages de la réalité virtuelle pour améliorer le bien-être au travail des salariés

 

1. Un dispositif immersif et dépaysant pour une déconnexion instantanée

 

La réalité virtuelle thérapeutique consiste à plonger l’utilisateur dans une simulation réaliste, immersive et interactive. Pour que le procédé fonctionne, les environnements graphiques doivent à la fois séduire visuellement, mais aussi se montrer vraisemblables. Si l’atmosphère sonore ne correspond pas à la scène ou qu’un délai apparaît clairement, la magie disparaît et l’utilisateur se détache de l’expérience. En revanche, lorsque l’immersion réussit, alors la réalité virtuelle offre une expérience sensorielle exceptionnelle. Ce cadre parvient à extraire du quotidien et à capter l’attention de l’utilisateur pour la focaliser dans ces paysages virtuels.

Les environnements créés par Healthy Mind possèdent tous une visée thérapeutique : chaque élément est pensé afin d’apporter un apaisement durable. Pour atteindre cette détente, l’équipe scénarise les balades relaxantes avec des anesthésistes et des hypnothérapeutes pour que chaque détail procure un sentiment de relâchement et un instant hors du temps.

Un salarié du service de Santé au Travail de la Tour Saint-Gobain à La Défense, une entreprise qui utilise le dispositif Healthy Mind depuis septembre 2020, témoigne sur son ressenti après une séance :

« une expérience très plaisante et dépaysante surtout en milieu professionnel. Permet une coupure et une respiration dans la journée. Apaisant. »

 

 

2. Des bienfaits thérapeutiques prouvés pour une relaxation au quotidien

 

Le dispositif Healthy Mind s’appuie sur le réalisme des conceptions graphiques, mais aussi sur plusieurs principes thérapeutiques pour parvenir à une détente profonde. En plus d’environnements naturels dépaysants, les casques de réalité virtuelle associent des ambiances sonores inspirées par les bienfaits de la musicothérapie, des exercices respiratoires pour atteindre une cohérence cardiaque et un discours hypnotique afin de garantir une meilleure gestion du stress. Pour empêcher l’apparition de maux de tête et de nausées durant les immersions, les thématiques sont élaborées sans cybercinétose (sensation de mal de transport).

Pour participer à une immersion, les salariés de Saint-Gobain s’inscrivent en ligne sur des créneaux de 20 minutes les mardis, mercredis et jeudis. Pour constater les bienfaits thérapeutiques de la réalité virtuelle, 37 participants ont été interrogés et leurs témoignages démontrent l’efficacité de cette approche avec une diminution de la fatigue et de l’anxiété en parallèle d’une augmentation de la concentration, de la détente et de la motivation.

Résultats des effets bénéfiques de la réalité virtuelle Healthy Mind sur les salariés.

 

3. Des séances entièrement modulables pour s’adapter aux emplois du temps

 

Les journées de travail présentent souvent un emploi du temps chargé qui laisse peu de place à des moments de pause. Pour s’adapter aux conditions les plus exigeantes, le dispositif Healthy Mind fait preuve de flexibilité et propose ainsi des séances entièrement paramétrables. De cette manière, les participants peuvent moduler leur immersion avec une durée de 5 à 80 minutes grâce à l’application tablette Healthy Mind Control. La connexion entre le support et le casque ne nécessite pas de réseau internet ce qui rend son utilisation pratique et sécurisée. Par ailleurs, les thématiques sont disponibles en cinq langues (français, anglais, allemand, néerlandais et arabe).

Après son immersion, un employé de Saint-Gobain suggère d’ailleurs :

« Je recommande de mettre à disposition aux salariés, sous forme de self service, avec ou sans abonnement pour une pratique régulière ».

Le casque de réalité virtuelle Healthy Mind est utilisé dans le milieu professionnel dans une démarche de qualité de vie au travail.

 

Les avantages de la réalité virtuelle pour l’entreprise

 

1. Un appareil rentable sur le long terme pour améliorer le bien-être au travail

 

C’est vrai, l’achat d’un casque de réalité virtuelle thérapeutique présente un coût initial. Cependant, une fois le matériel acquis par l’entreprise, vous bénéficiez d’une maintenance et de mises à jour sur 3 ans. De plus, l’emploi du dispositif se réalise librement, autant de fois que nécessaire pour apaiser les équipes. Dès lors, cet investissement correspond parfaitement à une démarche d’amélioration de la qualité de vie au travail puisqu’il procure un sentiment de bien-être durable

Qui plus est, cette technologie a été conçue pour être employée de manière autonome. Dès les premiers instants, le dispositif se montre accessible et ergonomique, sans installation chronophage. Le matériel se range facilement et ne nécessite pas une place importante dans les bureaux. 

Si vous n’êtes pas certain de vous engager sur le long terme, vous disposez d’une possibilité de location du matériel avec une licence d’utilisation d’un an. De cette manière, vous pourrez évaluer l’intérêt du dispositif dans votre entreprise et visualiser les retours avant de poursuivre votre engagement.

Matériel de réalité virtuelle Healthy Mind.

 

2. Une diminution durable du stress implique une meilleure productivité

 

Nous l’avons clairement vu au début de cet article, le stress influence négativement la productivité de l’entreprise. Plus l’équipe se sentira détendue et sereine sur son lieu de travail, plus elle pourra mettre ses compétences et son énergie au service de ses missions. En effet, quand un employé éprouve de l’anxiété, il y a de fortes chances pour qu’il ne parvienne pas à interagir correctement et à mener ses tâches à bien. 

Une étude réalisée au Royaume-Uni en février 2014 par l’Université de Warwick révèle qu’un salarié heureux augmente sa productivité de 12 %. La réalité virtuelle agit indirectement sur la productivité puisqu’elle favorise la relaxation et la motivation. En conséquence, une utilisation régulière du dispositif permet d’améliorer le bien-être salarial sans contraintes importantes de gestion. 

 

3. Une atmosphère plus sereine crée un environnement épanouissant

 

Au cours d’une année, nous passons près de 229 jours sur 365 au travail. Nous accordons ainsi 2/3 de notre temps au monde de l’entreprise. Il n’est pas surprenant que l’ambiance au bureau affecte les autres sphères de notre vie puisque nous y dépensons énormément d’énergie. L’ambition de chacun, outre la réussite professionnelle, est de s’épanouir dans ce cadre. Une étude réalisée par Microsoft France et Opinion Way en 2020 révèle d’ailleurs que 72 % des personnes interrogées considèrent que le travail contribue à leur bonheur personnel. 

De ce fait, personne ne souhaite se rendre dans un lieu stressant puisque l’angoisse n’a jamais été synonyme de plaisir ou de développement personnel. En agissant concrètement pour promouvoir la détente et la relaxation, l’entreprise participe à la création d’un espace de travail serein dans lequel il est agréable de venir durant 229 jours dans l’année.

Résultats d'une étude sur l'expérience de la réalité virtuelle Healthy Mind auprès de salariés.

 

L’équilibre émotionnel au travail devient un sujet de santé majeur en entreprise. La gestion du stress professionnel permet l’épanouissement des salariés, mais aussi une plus grande productivité. La mise en place de moyens pour agir sur le niveau d’anxiété de ses collaborateurs prévient les risques psychosociaux et crée un cadre apaisé. Pour ce faire, le dispositif Healthy Mind propose des bulles de détente grâce à des immersions relaxantes et modulables. Ces programmes améliorent la qualité de vie au travail avec une installation rapide et une gestion simple. Nous serions ravis de répondre à vos questions ou d’effectuer une démonstration, n’hésitez pas à nous contacter.



Sources : 

  • Accord cadre européen sur le stress au travail, 8 octobre 2004 ;
  • European Agency for Safety and Health at Work. Expert forecast on emerging psychosocial risks related to occupational safety and health. Luxembourg : Office for Official Publications of the European Communities, 2007 ;
  • Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail (Dublin). 4e enquête européenne. Luxembourg : Office for Official Publications of the European Communities, 2007 ;
  • E. Albert, L. Bellinghausen, J. Collange, M-C. Soula, Mesurer le stress professionnel, Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2010 ;
  • Patrick Légeron, Le stress professionnel, L’information psychiatrique, 2008/9 (volume 84).