Lorsque la réalité virtuelle facilite les injections de PRP

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
realite virtuelle injections prp

Aussi appelées “Méthode Nadal”, les injections de PRP (Plasma Riche en Plaquettes) rencontrent aujourd’hui un franc succès, en particulier auprès des sportifs de haut niveau. Un succès très médiatisé, surtout depuis que l’AMA (Agence Mondiale Antidopage) a retiré le PRP de la “Liste des substances et méthodes interdites” en 2010. Or, si ces injections de PRP accélèrent la cicatrisation, elles peuvent en revanche être extrêmement douloureuses. Mais l’anesthésie locale étant déconseillée pour ce traitement, comment réduire la douleur du patient, tout en préservant l’efficacité des injections de PRP ? En utilisant la réalité virtuelle pour les injections de PRP, nous touchons peut-être la solution du doigt !   


Comprendre l’intérêt des injections de PRP 

En quoi consistent les injections de PRP ?
Depuis leur légalisation par l’AMA, les injections de PRP (Plasma Riche en Plaquettes) sont principalement utilisées pour accélérer le processus de cicatrisation. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce sont les plaquettes, composant notre sang à hauteur de 4 %, qui favorisent la cicatrisation des tissus ! Ainsi, le PRP est en fait du plasma sanguin, enrichi en plaquettes à l’aide d’une centrifugation. 

Pour obtenir le PRP, une procédure hospitalière s’effectue en bloc opératoire ou dans une salle stérile. Elle se compose des 3 étapes ci-dessous : 

  • 1) Prise de sang classique : prélèvement du sang du patient (15 ml). Le fait d’utiliser le sang du patient (sang autologue) réduit considérablement les risques de complications des injections de PRP (effets secondaires indésirables, allergies, rejets, infections…).
  • 2) Centrifugation : après avoir prélevé le sang du patient, le professionnel de santé le place dans une centrifugeuse pendant 5 min, à 1500 tours/min. Le plasma obtenu (5 ml) se compose de plaquettes, capables de libérer des facteurs de croissance cicatrisants et anti-hémorragiques, et de biomolécules (antalgiques et anti-inflammatoires). 
  • 3) Injection : le soignant injecte le concentré plaquettaire dans la zone lésée du patient, après l’avoir préalablement désinfectée. Selon les cas et les patients, plusieurs injections à intervalle de deux mois sont parfois nécessaires. 

Les indications du traitement par injections de PRP

Responsables de la régénération des tissus lésés, les facteurs de cicatrisation plaquettaires favorisent la synthèse de collagène. Or, comme les tendons et ligaments sont principalement composés de collagène, les injections de PRP sont tout particulièrement indiquées pour les lésions ci-dessous : 

  • Les lésions ligamentaires : entorse, luxation et déchirure ligamentaires.
  • Lésions tendineuses : tendinite de l’épaule (coiffe des rotateurs), tendinites du coude (épicondylite, épitrochléite), tendinite du genou (tendinite rotulienne ou quadricipitale), tendinite d’Achille, tendinite de la hanche.  
  • Les lésions cartilagineuses et articulaires : chondropathie (lésion du cartilage articulaire), arthrose (épaule, hanche, cheville, genou), lésion des ménisques.
  • Lésions musculaires aiguës ou chroniques : élongation, claquage et rupture musculaires.
  • Fasciite plantaire, aussi appelée aponévrosite plantaire ou épine calcanéenne.

La realite virtuelle pour les injections de prp


L’anesthésie par réalité virtuelle pour les injections de PRP 

Les injections de PRP, incompatibles avec l’anesthésie locale  
Les injections de PRP peuvent être douloureuses, voire très douloureuses pour le patient. En effet, la douleur survient lors de l’introduction de l’aiguille, et peut parfois être accompagnée d’un malaise vagal. Une douleur locale peut ensuite survenir dans les jours suivant l’injection de PRP… En particulier s’il s’agit d’une injection dans le tendon ou dans le muscle.

Après un traitement par injection de PRP, le patient est donc placé en convalescence durant une quinzaine de jours. Et il ne peut reprendre une activité sportive qu’après deux à trois mois de repos… Durant ce laps de temps, le patient peut être accompagné par un kinésithérapeute, dans le cadre d’une rééducation. Tout dépend de la gravité et du type de lésion. 

Ainsi, la douleur ressentie pendant et après l’injection PRP nécessiterait une anesthésie locale, au niveau de la zone concernée… Malheureusement, l’anesthésie locale est contre-indiquée en ce qui concerne les injections de PRP. Pour quelle raison ?  L’anesthésie locale perturberait et modifierait considérablement l’action des plaquettes au niveau de la région concernée. Autrement dit, elle modifierait le pH local, alors que le PRP est pH-dépendant. En somme, l’anesthésie locale aurait des effets néfastes sur les injections de PRP.


Utiliser la réalité virtuelle pour faciliter les injections de PRP et anesthésier

Si l’anesthésie locale est déconseillée pour les injections de PRP, d’autres solutions permettent de la remplacer. Parmi elles, l’hypnose médicale peut présenter les mêmes bénéfices qu’une anesthésie locale, à savoir : 

  • apaiser et détendre le patient ; 
  • réduire la douleur ressentie ;
  • faciliter l’intervention de l’équipe soignante durant les injections de PRP.

Or, comment appliquer l’hypnose médicale, quand le patient est allongé sur le ventre ou le dos, dans le cadre d’une injection de PRP ? Des solutions et des outils existent ! Les casques de réalité virtuelle Healthy Mind en font notamment partie. Basé sur l’hypnose médicale et sur l’immersion 3D, notre dispositif médical contribue à détendre et à réduire la douleur du patient.

En tant que professionnels de santé, vous pouvez tout à fait mettre un casque de réalité virtuelle à disposition du patient avant, pendant et/ou après une injection de PRP. À ces trois stades du traitement, les bénéfices sont les suivants :

  • Avant le traitement par injection de PRP : la réalité virtuelle thérapeutique relaxe le patient, et prépare son corps à recevoir l’injection.
  • Pendant l’injection : l’hypnose médicale par réalité virtuelle détourne l’attention du patient de la douleur ressentie, tout en facilitant l’intervention des praticiens.  
  • Après l’hospitalisation : l’hypnose virtuelle estompe la douleur ressentie par le patient, et améliore son rétablissement dans les jours à suivre. 

Aujourd’hui, les injections de PRP sont d’une efficacité redoutable pour régénérer les tissus de lésions tendino-musculaires et articulaires. Elles seraient même plus efficaces que les injections d’acide hyaluronique, pour soigner les problèmes d’arthrose de stades peu avancés. Un traitement efficace, sécuritaire, mais douloureux… Un problème, que peut facilement résoudre l’hypnose médicale par réalité virtuelle. Aucun risque de modification des plaquettes (contrairement à l’anesthésie locale), un patient détendu, une intervention facilitée pour les chirurgiens… Découvrez dès aujourd’hui nos casques d’hypnose virtuelle Healthy Mind, des outils de réalité virtuelle adaptés aux injections de PRP !