Relaxation en maison de retraite : 7 méthodes redoutables

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
Relaxation en maison de retraite

Comment prendre en charge l’anxiété des seniors ? Pour répondre à leurs inquiétudes et faciliter leurs quotidiens, les EHPAD mettent en place des activités variées afin de détendre et de stimuler leurs résidents. Ces ateliers bien-être permettent d’impliquer les pensionnaires, de maintenir les liens sociaux et parfois même de combattre la dépression. Nous vous partageons 7 approches innovantes pour promouvoir la relaxation en maison de retraite et améliorer la qualité de vie des personnes âgées.

 

1. Expérimenter la zoothérapie en EHPAD pour se relaxer

 

Saviez-vous que la présence d’un animal de compagnie aide à se détendre ? C’est le constat de la zoothérapie, aussi appelée médiation animale, qui se développe de plus en plus en EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Une séance est encadrée par un professionnel qui, de manière hebdomadaire, intervient au cours de thérapies de groupe. Le chien est bien sûr le participant le plus sollicité lors d’une intervention, mais d’autres animaux participent à ces ateliers tels que le poney, le lama, l’âne, le cochon d’Inde, la chèvre des Pyrénées ou le dauphin d’après l’Institut français de Zoothérapie. 

Dépourvu de jugement et attentionné, l’animal est un interlocuteur de choix qui procure une sensation d’apaisement, en plus d’aider à vaincre la solitude et l’isolement. Son intervention permet aux seniors de stimuler leur motricité, leur mémoire, leur vision, mais aussi leur sens de l’observation. Quel est le nom du chien, sa race, son âge ? Toutes ces questions vont conduire les résidents à travailler au niveau cognitif. D’un point de vue moteur, des activités de parcours sont proposées telles que lever la jambe pour faire passer le chien dessous, la promenade ou le brossage de l’animal. 

 

2. Apaiser les anxiétés avec un espace Snoezelen pour les personnes âgées

 

Créée par deux psychologues hollandais dans les années 70, cette méthode consiste à mettre en avant l’éveil des sensations physiques pour les personnes atteintes de problèmes d’apprentissage ou de communication. Le mot Snoezelen est issu de la contraction des termes néerlandais snuffelen (renifler) et doezelen (somnoler). Initialement développé pour l’accompagnement de maladies comportementales, le champ d’application de ce concept s’élargit aujourd’hui et s’installe dans les maisons de retraite. Le programme de suivi est défini par des professionnels et adapté aux besoins de chaque pensionnaire.

Les espaces Snoezelen stimulent les cinq sens grâce à l’emploi de la musique, de vibration, de jeux de lumière, d’odeurs avec la diffusion d’huiles essentielles et de sensations tactiles. Des équipements spécifiques peuvent être installés comme des colonnes à bulles, des fibres optiques lumineuses ou certains objets en mousse. Ces salles sensorielles, confortables et rassurantes, proposent une atmosphère relaxante à travers des séances d’une demi-heure. Particulièrement appropriés pour l’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, les espaces Snoezelen en maison de retraite apaisent les angoisses des résidents et brisent le rythme du quotidien.

Techniques de relaxation en maison de retraite

 

3. Établir un véritable jardin thérapeutique afin de renouer avec les sens

 

L’hortithérapie promeut le recours aux jardins comme un espace de réadaptation et de soins. Ces espaces verts présentent une multitude de bienfaits sur le corps et l’esprit des résidents : 

  • ils favorisent l’ouverture sur l’extérieur et évitent ainsi le repli sur soi ;
  • ils facilitent la pratique d’une activité physique comme la marche afin d’entretenir les muscles et les articulations, mais aussi la motricité fine avec le désherbage ou la taille ;
  • ils stimulent l’observation de l’environnement, que ce soit avec les insectes ou les oiseaux ;
  • ils aident à lutter contre la perte de repères grâce au suivi des variations saisonnières. 

Le jardin thérapeutique n’obéit à aucun modèle particulier, il portera ce terme du moment où il est adapté aux personnes à mobilité réduite ou fragilisées par l’âge ou la maladie. Ainsi, les plantes irritantes ou allergisantes sont écartées, tout comme celles qui présentent des épines.

Le jardin a un impact sur la vie au sein de l’établissement, que ce soit pour les résidents ou le personnel soignant. La Fondation Médéric Alzheimer (FMA) et l’École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles (ENSP) ont créé un guide instructif de conception et d’élaboration de jardins à l’usage d’établissements sociaux, médico-sociaux et sanitaires.

 

4. Pratiquer la sophrologie pour encourager la relaxation en maison de retraite

 

La sophrologie s’appuie sur des techniques de relaxation afin de favoriser la décontraction musculaire et la détente des résidents. L’intervenant va amener le pratiquant à prendre conscience de sa respiration et à s’ancrer dans le présent. Ce recentrement contribue à réduire les ruminations et les pensées négatives. L’acceptation de son état, du vieillissement ou de la maladie, constitue une approche centrale au cours des séances. L’intérêt est d’apporter un nouveau regard sur soi, plein de compassion et d’empathie. 

La sophrologie va aussi réactiver la mémoire sensorielle. Le praticien puise dans les souvenirs pour raviver des sensations connues autrefois et susciter des émotions réconfortantes et rassurantes. Enfin, les séances travaillent sur la posture et l’équilibre des personnes âgées. Dans le but d’éviter les chutes et l’affaissement, le sophrologue évoque la verticalité du corps et effectue des exercices simples pour consolider les appuis. En plus de soulager la douleur et d’apaiser le mental, une étude a prouvé une nette amélioration de la qualité du sommeil des seniors pratiquant la sophrologie. 

 

Ateliers bien-être en EHPAD

 

5. Découvrir l’art thérapie pour s’exprimer autrement

 

Ce processus de soin psychothérapique propose aux patients des mises en situation de création sans aucun prérequis artistique. L’art thérapie utilise la peinture, la sculpture, le dessin, les collages, mais aussi le chant, le théâtre et la danse pour stimuler et impliquer les personnes âgées en maison de retraite. Aucun chef-d’œuvre n’est attendu à la fin de l’atelier, l’accent est plutôt porté sur l’expression des émotions, de la souffrance notamment, l’imagination et la valorisation des résidents. 

L’art thérapeute accompagne les personnes âgées sans jamais juger ou interpréter leurs productions, mais en apportant plutôt soutien et encouragement. Les séances, d’une durée moyenne d’une à deux heures, peuvent être individuelles ou réalisées en groupe. Les motifs et objectifs varient selon les propositions de l’intervenant, les envies du patient et les pathologies. 

 

6. S’évader avec la cuisine thérapie pour seniors

 

Dans ce concept original et épanouissant, les règles diététiques n’ont pas leurs places. La cuisine thérapeutique s’appuie sur le constat que préparer à manger est une activité chaleureuse et réconfortante. Les ateliers tournent autour des sensations, celles de toucher les aliments, de les goûter, mais aussi de sentir le panel d’arômes qui se dégage. Chaque saveur, couleur, texture et forme est sublimée. Ludiques, ils laissent de côté les recettes complexes à suivre à la lettre et les restrictions afin de limiter le sentiment de culpabilité : c’est le plaisir de réaliser le plat qui prime et non le résultat en lui-même. 

Ces moments se révèlent forts en convivialité, favorisent le bien-être et incitent aux échanges. Les ateliers sont animés par des médecins, des diététiciens ou des psychomotriciens et sont particulièrement pertinents pour les seniors isolés, les personnes à mobilité réduite ou souffrant de troubles mentaux. Au cours des séances, les capacités cognitives des résidents sont sollicitées à travers le maniement des ustensiles, le calcul des proportions ou la gestion du temps de cuisson. Accessible aux débutants, la cuisine thérapeutique améliore les conditions de vie des personnes âgées.

 

Utiliser la réalité virtuelle en maison de retraite.

 

7. Embarquer pour un voyage sensoriel avec la réalité virtuelle

 

Voyager immobile, voilà une promesse tenue par la réalité virtuelle. Cette technologie offre en effet des séances de thérapie non médicamenteuse complètes et ludiques aux personnes âgées. En plus de susciter un profond sentiment de relaxation, la réalité virtuelle facilite des opérations de soins en détournant l’attention des patients. Elle permet également de s’affranchir des limites des déplacements physiques et de découvrir des univers immersifs sans aucune contrainte. 

Les casques sont adaptés afin que les résidents vivent chaque session dans un confort optimal et avec simplicité. Leur introduction doit néanmoins se faire avec pédagogie pour que les seniors s’accoutument au matériel employé. Cependant, des études ont démontré une appropriation rapide et une perception positive de l’expérience. La réalité virtuelle présente l’avantage d’être aisée à mettre en place, polyvalente et avec un coût réduit une fois l’investissement initial effectué. En s’appuyant sur d’autres principes relaxants tels que l’hypnose ou la musicothérapie, elle dispose de nombreux outils destinés à améliorer la qualité de vie des seniors.



Le dispositif de Healthy Mind a été optimisé par des médecins et des experts en neurosciences pour soulager l’anxiété et diminuer la douleur. Notre solution médicale est particulièrement pertinente pour apporter de la relaxation en maison de retraite. Puisqu’une démonstration vaut mille mots, n’hésitez pas à nous contacter pour l’essayer.